X

Brigitte HORNEY (1911 / 1988)

Brigitte Horney

icone

Attirée par le théâtre, Brigitte Horney (née à Berlin, Allemagne) reçoit en 1930 un prix Max Reinhardt récompensant une actrice à l’avenir prometteur.
 Ceci éveille l’intérêt de l’industrie cinématographique et la jeune fille débute à l’écran dans «Abschied» (1930), dont elle tient le rôle principal.
 Prudente, elle ne veut pas s’investir trop rapidement dans cette voie et n’apparaît que dans un film par an durant les trois années qui suivent.

Elle finit par être conquise par le Septième Art et, en 1934, sa carrière de star est définitivement lancée grâce à «Liebe, Tod und Teufel», «Ein Mann will nach Deutschland», «Blütsbruder» et «Der ewige Traüm», dont elle est également l’interprète de la version française, «Rêve éternel».

Elle est ensuite la vedette de, entre autres, «Der grüne Domino» (1935), «Savoy-Hotel 217» (1936), «Der Katzensteg» (1937), «Anna Favetti» (1938), «Verklungene Melodie» (1938), «Befreite Hände» (1939), «Das Mädchen von Fanö» (1940), «Illusion» (1941), «Geliebte Welt» (1942), «Münchhausen» (1943),…
 Elle travaille en outre en Angleterre pour «The House of the Spaniard» (1936) et «Secret Lives» (1937).

Après-guerre, elle reprend le chemin des studios, en tête de générique, avec «Die Frau am Wege» (1948), «Verspieltes Leben» (1949) et «Melodie der Schicksals» (1950).

En 1952, elle part pour les Etats-Unis, où elle acquiert la nationalité américaine l’année suivante.

Mais cela ne signifie pas la fin de sa carrière allemande et, jusqu’à la fin des années 80, elle est toujours bien présente au cinéma et à la télévision de son pays natal.

Marlène Pilaete