X

Hilde KRAHL (1917 / 1999)

Hilde Krahl

icone

Hilde Krahl (née à Brod, Autriche-Hongrie, aujourd’hui Slavonski Brod, Croatie) débute à l’écran en 1936.
 Dès l’année suivante, elle devient une vedette du cinéma allemand.
 On peut alors la voir dans, entre autres, «Serenade» (1937), «Gastpiel im Paradies» (1938), «Die barmherzige Lüge» (1939), «Der Weg zu Isabel» (1939),…

En 1940, «Der Postmeister» fait encore grimper sa cote de star et, durant la seconde guerre mondiale, elle est une des plus populaires actrices de sa génération.
 Parmi les films de cette période, on peut citer, notamment, «Das andere Ich» (1941), «Anuschka» (1942), «Meine Freundin Josefine» (1942), «Grosstadtmelodie» (1943), «Traümerei» (1944),…

Sa filmographie s’interrompt momentanément à la fin de la guerre et il faut attendre 1949 pour voir l’actrice reprendre sa place au cinéma.
 Jusqu’en 1956, elle est alors l’interprète de dix-huit productions, parmi lesquelles «Liebe 47» (1949), «Meine Nichte Suzanne» (1950), «Wenn eine Frau liebt» (1950), «Weisse Schatten» (1951), «Der Weibsteufel» (1951), «Herz der Welt» (1952), «Hochstaplerin der Liebe» (1954), «Die Mücke» (1954), «Eine Frau genügt nicht ?» (1955), «Meine Vater, der Schauspieler» (1956),…

Par la suite, elle ne tourne plus que trois films.
 Elle est alors beaucoup plus présente à la télévision.

Ajoutons que, parallèlement à son activité devant les caméras, Hilde Krahl fut aussi une actrice de théâtre renommée.

Marlène Pilaete