X

Irene Von MEYENDORFF (1916 / 2001)

Irene Von Meyendorff

icone

Issue d’une famille d’aristocrates s’étant installée en Allemagne suite à la révolution russe, Irene von Meyendorff (née à Reval, Empire Russe, aujourd’hui Tallinn, Estonie) débute à l’écran dans «Die letzen Vier von Santa Cruz» (1936), qui en fait une star.

Elle est ensuite l’interprète de, entre autres, «Fahrendes Volk» (1938), «Zwei Frauen» (1938), «Leinen aus Irland» (1939), «Was geschah in dieser Nacht ?» (1941), «Einmal der liebe Herrgott sein» (1942), «Um 9 kommt Harald» (1943), «Eine kleine Sommermelodie» (1944), «Philarmoniker» (1944), «Kölberg» (1945),…

Après une interruption de quelques années après la fin de la guerre, on la revoit à l’écran en 1948 et, jusqu’au début des années 50, elle tourne encore en vedette dans, notamment, «Film ohne Titel» (1948), «Einmaleins der Ehe» (1949), «Pikanterie» (1950) ou encore «Gift im Zoo» (1951).
 Par après, elle glisse plutôt vers les seconds rôles.

En 1961, pendant le tournage de «Die Botschafterin», elle fait la connaissance de l’acteur anglais James Robertson Justice, dont elle tombe amoureuse.
 Elle part alors s’installer en Grande-Bretagne, où elle se fera naturaliser en 1967.
 Dès lors, elle n’apparaît plus que dans trois films, «Lange Beine – lange Finger» (1966), «Hell Is Empty» (1967) et «Mayerling» (1968), au générique desquels figure aussi son compagnon.

Marlène Pilaete