X

Magda SCHNEIDER (1909 / 1996)

Magda Schneider

icone

Magda Schneider (née à Augsburg, Allemagne) débute à l’écran en 1930 et devient une star en 1932.
 Elle est alors l’interprète de, entre autres, «Zwei in einem Auto» (1932), «Sehnsucht 202» (1932), «Glückliche Reise» (1933), «Fräulein Liselott» (1934), «Eva» (1935), «Die lustigen Weiber» (1935), «Die Puppenfee» (1936), «Musik für dich» (1937), «Frühlingsluft» (1938), «Wer küsst Madeleine ?» (1939), «Mädchen im Vorzimmer» (1940), «Am Abend auf der Heide» (1941), «Zwei glückliche Menschen» (1942), «Liebeskomodie» (1942), «Ein Mann für meine Frau» (1943), «Eines Tages» (1944),…

Elle est en outre, en 1932, la partenaire de Jan Kiepura dans une production en triple version (allemande, française et anglaise) : «Das Lied einer Nacht/La chanson d’une nuit/Tell Me Tonight».

Son film le plus célèbre demeure sans doute «Liebelei» (1933), de Max Ophüls, dont elle tient également la vedette de la version française, «Une histoire d’amour».

Après-guerre, elle reprend sa carrière cinématographique avec «Die Sterne lügen nicht» (1950).
 Dans son film suivant, «Wenn der weisse Flieder wieder blüht» (1953), elle fait débuter sa fille, Romy Schneider.
 Elles vont encore tourner ensemble à sept autres reprises, notamment dans la série des «Sissi».

Magda Schneider apparaît en outre dans «Und ewig bleibt die Liebe» (1954), «Von allen geliebt» (1957), «Das Dreimäderlhaus» (1958) et «Morgen beginnt das Leben» (1961), dans lesquels elle côtoie d’autres jeunes vedettes de la nouvelle génération comme Ulla Jacobsson, Ingrid Andree, Johanna Matz ou encore Corny Collins.

Dès 1962, elle ne travaille plus pour le Septième Art et on ne la voit plus que dans deux séries télévisées à la fin des années 60.

Marlène Pilaete