X

Anneliese UHLIG (1918)

Anneliese Uhlig

icone

Anneliese Uhlig (née à Essen, Allemagne) débute à l’écran dans un des rôles principaux de «Manege» (1937).
 Après un intermède théâtral, elle revient au cinéma et, en 1939 et 1940, elle est une des jeunes stars les plus en vue du cinéma germanique grâce à, entre autres, «Der Vorhang fällt» (1939), «Die Stimme aus dem Äther» (1939), «Kriminalkommissar Eyck» (1940), «Golowin geht durch die Stadt» (1940), «Blutsbrüderschaft» (1940),…

Elle participe ensuite au soutien des troupes allemandes et effectue des tournées à travers des pays comme la Hollande, la France, la Pologne ou la Russie.
 Suite à un différend avec Joseph Goebbels, elle part en Italie où elle est la vedette de cinq films, parmi lesquels «Mater Dolorosa» (1942) et «Tempesta sul golfo» (1943).

Elle retourne ensuite dans son pays natal et y est l’interprète de «Um 9 kommt Harald» (1943), «Der Majoratsherrr» (1944) et «Solistin Anna Alt» (1944).
 Deux autres films tournés dans les derniers mois du conflit, «Ruf an das Gewissen» et «Das Mädchen Juanita», ne sortiront que quelques années plus tard, respectivement en 1949 et 1952.

Après-guerre, Anneliese Uhlig s’intéresse au journalisme. De 1946 à 1967, elle travaille par exemple comme correspondante à l’étranger, rédige des articles politiques et réalise des reportages.
 Aux Etats-Unis, pays où elle s’installe en 1948 et où elle se fait naturaliser, elle est notamment rédactrice à la «Alexandria Gazette».

Néanmoins, elle n’oublie pas son métier de comédienne et elle revient périodiquement en Allemagne pour se produire sur scène et à la télévision.

Au grand écran, on ne la revoit plus que dans «Solange du da bist» (1953) et «Dany, bitte schreiben Sie» (1956).

Marlène Pilaete