X

Luise ULLRICH (1911 / 1985)

Luise Ullrich

icone

Luise Ulrich (née à Vienne, Autriche) débute à l’écran en 1932.
 Elle s’attire rapidement l’affection du public et devient une star du cinéma germanique dès l’année suivante.

Elle est alors la protagoniste de, entre autres, «Heimkehr ins Glück» (1933), «Regine» (1934), «Viktoria» (1935), «Versprich mir nichts !» (1937), «Ich liebe dich» (1938), «Liebesschule» (1940), «Der Fall Rainer» (1942), «Nora» (1943),…
 Elle incarne en outre Mizzi dans «Liebelei» (1933) de Max Ophüls et est la touchante héroïne de «Annelie» (1941), un des plus gros succès commerciaux de la U.F.A. durant la guerre.

Après une interruption de quelques années après la fin du conflit, on la retrouve au cinéma en 1949 dans les rôles principaux de «Nachtwache» et «Die Reise nach Marrakesch».

Après une nouvelle absence, elle reprend sa carrière de vedette en 1953 et, jusqu’en 1961, elle est l’interprète de, notamment, «Regina Amsletten» (1953), «Eine Frau von heute» (1954), «Ich weiss, wofür ich lebe» (1955), «Die liebe Familie» (1956), «Alle Wege führen heim» (1957), «Ist Mama nicht fabelhaft ?» (1958), «Bis dass das Geld euch scheidet…» (1960), «Die Schatten werden länger» (1961),…

Par la suite, elle travaille pour la télévision.
 On peut ainsi la voir, par exemple, dans la série «Acht stunden sind kein tag» (1972), réalisée par Rainer Werner Fassbinder.

Ajoutons encore que Luise Ullrich fut aussi une actrice de théâtre très appréciée.

Marlène Pilaete