X

Belinda LEE (1935 / 1961)

Belinda Lee

icone

Belinda Lee (née à Budleigh Salterton, Grande-Bretagne) débute à l’écran en 1954 et devient rapidement une vedette du cinéma britannique. La même année, elle épouse le célèbre photographe Cornel Lucas (dont elle divorcera en 1959).
 Les portraits qu’il prend d’elle sont largement diffusés par la presse de l’époque et contribuent à la notoriété de la jeune femme.

Dans son pays natal, elle est l’interprète de, notamment, «Murder by Proxy» (1955), «The Feminine Touch» (1956), «Dangerous Exile» (1957), «The Secret Place» (1957),…
 Elle est en outre la partenaire de comiques populaires comme Norman Wisdom, Benny Hill et Ian Charmichael dans, respectivement, «Man of the Moment» (1955), «Who Done It ?» (1956) et «The Big Money» (1957).

Mais, pour une actrice possédant le physique et le glamour de Belinda Lee, l’Angleterre n’est peut-être pas l’endroit le plus approprié pour faire évoluer sa carrière et, lorsqu’elle part tourner «La Verena di Cheronea» (1958) en Italie, elle sent qu’un nouveau chapitre de sa vie commence.

Après un dernier retour au cinéma anglais pour «Nor the Moon By Night» (1958), elle accorde désormais sa préférence au pays qui, prétend-t-elle, l’a transformée et révélée à elle-même.
 On peut alors la voir dans une dizaine de films italiens, parmi lesquels «Le notti di Lucrezia Borgia» (1959), «I magliari» (1959), «Messalina Venere Imperatrice» (1960), «La lunga notte del’43» (1960), «Fantasmi a Roma» (1961),…

Elle travaille également en Allemagne pour «Die warheit über Rosemarie» (1959) et «Der Satan lockt mit liebe» (1960) et en France pour «Ce corps tant désiré» (1959) et «Les dragueurs» (1959).
 Dans la co-production franco-italienne «Marie des Isles» (1960), son décolleté rivalise avec celui de Magali Noël.

La comédienne fait également beaucoup parler d’elle par sa vie privée, notamment sa liaison avec le prince Filippo Orsini, proche du Vatican.

Alors qu’elle se trouve aux États-Unis avec son nouvel amant, Gualtiero Jacopetti, futur réalisateur du documentaire-choc «Mondo Cane» (1962), elle meurt à l’âge de 25 ans dans un accident de voiture.

Marlène Pilaete