X

Lizabeth SCOTT (1922 / 2015)

Lizabeth Scott

icone

Lizabeth Scott (née à Scranton, Etats-Unis) débute à l’écran dans le rôle féminin principal de «You Came Along» (1945).
 Surnommée «The Threat» («La menace») par le département publicitaire de sa compagnie, elle confirme ensuite les espoirs placés en elle en arrivant à ne pas se faire éclipser par ses partenaires Barbara Stanwyck, Van Johnson et Kirk Douglas dans «The Strange Love of Martha Ivers» (1946).

Définitivement lancée comme vedette, elle tourne régulièrement jusqu’au milieu des années 50.
 Avec son physique, rappelant Veronica Lake et Lauren Bacall, et sa voix grave, on ne s’étonne pas de la voir figurer, notamment, au générique de plusieurs films noirs.

De sa filmographie, on peut extraire, entre autres, «Dead Reckoning» (1947), «I Walk Alone» (1947), «Pitfall» (1948), «Too Late for Tears» (1949), «Dark City» (1950), «Two of a Kind» (1951), «The Racket» (1951), «Bad for Each Other» (1953), «Silver Lode» (1954),…
 Elle est en outre l’interprète de «Stolen Face» (1952) en Grande-Bretagne.

En 1955, elle décide de poursuivre le magazine à sensation «Confidential», qui a suggéré, dans un de ses articles, que l’actrice préférait la compagnie de personnes du même sexe.
 Pour des raisons de procédure, il semble que l’affaire n’ait jamais pu être traitée au fond.

Il est difficile d’établir avec certitude que ce scandale ait porté un coup fatal à sa carrière mais, quoi qu’il en soit, Lizabeth Scott disparaît des écrans après encore deux productions, «The Weapon» (1956), réalisé en Angleterre, et «Loving You» (1957).

Par la suite, on ne la revoit plus au cinéma qu’une seule fois, dans «Pulp» (1972).

Marlène Pilaete