X

ANN-MARGRET (1941)

Ann-Margret

icone

Installée aux Etats-Unis dès l’âge de 5 ans, Ann-Margret (née à Stockholm, Suède) débute sa carrière artistique comme chanteuse à la fin des années 50.
 Elle fait ses premiers pas à l’écran en incarnant la fille de Bette Davis dans «A Pocketful of Miracles» (1961).

Après un rôle dans «State Fair» (1962), qui contribue à la faire connaître d’avantage, elle devient une star grâce à «Bye Bye Birdie» (1963).
 1963 est également l’année durant laquelle elle figure en couverture du magazine «Life» et prête sa voix à Ann Margrock, personnage de dessin animé inspiré d’elle, dans un épisode de la célèbre série «The Flinstones» (appelés les Pierrafeu en Français).

D’abord principalement considérée comme un sex-symbol, elle arrive, au cours de son parcours professionnel, à montrer d’autres facettes de sa personnalité et de son talent, ce qui lui assure un travail régulier durant plusieurs décennies.

Elle est l’interprète de, entre autres, «Viva Las Vegas» (1964), «Kitten with a Whip» (1964), «Bus Riley’s Back in Town» (1965), «The Cincinnati Kid» (1965), «The Swinger» (1966), «Made in Paris» (1966), «C.C. and Company» (1970), «Carnal Knowledge» (1971), «The Train Robbers» (1973), «The Last Remake of Beau Geste» (1977), «The Cheap Detective» (1978), «Middle Age Crazy» (1980), «Lookin’ to Get Out» (1982), «Twice in a Liftime» (1985), «52 Pick-Up» (1986), «A Tiger’s Tale» (1988), «Grumpy Old Men» (1993), «Grumpier Old Men» (1995), «Any Given Sunday» (1999), «The Break-Up» (2006),…

L’actrice ne se limite pas aux films américains. Elle est ainsi, notamment, dirigée par le réalisateur italien Dino Risi dans «Il tigre» (1967) et «Il profeta» (1968) et par les metteurs en scène français Jacques Deray dans «Un homme est mort» (1972) et Claude Chabrol dans «Folies bourgeoises» (1976).
 On peut aussi la voir dans les productions britanniques «Tommy» (1975), «Joseph Andrews» (1977) et «The Return of the Soldier» (1982). Elle est en outre la partenaire d’Alain Delon dans la co-production américano-française «Once a Thief/Les tueurs de San Francisco» (1965).

La comédienne est également active au petit écran. Dans ce domaine, on peut citer, par exemple, son excellente interprétation dans le téléfilm «Who Will Love My Children ?».

A l’actif d’Ann-Margret, on peut encore mentionner des spectacles musicaux (notamment à Las Vegas) et l’enregistrement de disques.

Marlène Pilaete