X

Juliet PROWSE (1936 / 1996)

Juliet Prowse

icone

Juliet Prowse (née à Bombay, Inde, de parents sud-africains) se passionne pour la danse dès l’enfance. Ses dons sont remarqués par le chorégraphe Hermes Pan, qui la fait engager pour le second rôle féminin de «Can Can» (1960).

Durant la réalisation de cette production, Nikita Khrouchtchev, en visite aux Etats-Unis, visite le plateau de tournage et assiste à la répétition d’un numéro musical auquel participe la jeune artiste. Le premier ministre soviétique dénonce publiquement l’immoralité de la chorégraphie et son avis, généralement illustré de photos de Juliet, est publié dans de nombreux journaux, ce qui vaut à l’actrice une soudaine publicité.
 Elle fait aussi parler d’elle par sa liaison avec Frank Sinatra, son partenaire dans le film.

Devenue célèbre, elle est par la suite la vedette de «G.I. Blues» (1960), «The Fiercest Heart» (1961), «The Second Time Around» (1961), «The Right Approach» (1961) et «Who Killed Teddy Bear» (1965).
 Elle est en outre l’interprète de la production italienne «Una moglie americana» (1965) et de «Dingaka» (1965) en Afrique du Sud.

Après 1965, elle n’apparaît plus au grand écran que dans un documentaire, «Spree» (1967) et se consacre principalement à la scène.

Elle travaille également à la télévision et, dans ce domaine, elle est, notamment, l’invitée-star de l’épisode-pilote du populaire «Muppet Show».

Marlène Pilaete