X

Anna KARINA (1940)

Anna Karina

icone

Anna Karina (née au Danemark) débute à l’écran dans «Pigen og skoene» (1959), un court-métrage réalisé dans son pays natal et présenté au festival de Cannes.

Installée en France, elle y rencontre Jean-Luc Godard qui lui offre le rôle féminin principal de son film «Le petit soldat», qui, à cause de problèmes avec la censure, ne sortira qu’en 1963.

Le public la découvre dès lors véritablement dans «Ce soir ou jamais» (1960) de Michel Deville.
 Devenue une vedette du cinéma français, elle connaît sa période la plus faste durant les années 60.

Godard, dont elle sera l’épouse durant quelques années, la dirige encore dans «Une femme est une femme» (1961), «Vivre sa vie» (1962), «Bande à part» (1964), «Alphaville» (1965), «Pierrot le fou» (1965), «Made in U.S.A.» (1966) et le sketch «Anticipation», extrait de «Le plus vieux métier du monde» (1966).

Parmi ses autres films, on peut citer, entre autres, «Shéhérazade» (1962), «Un mari à prix fixe» (1963), «De l’amour» (1964), «La religieuse» (1966), «Lamiel» (1967),…
Durant cette décennie, elle travaille également en Angleterre, en Italie et en Allemagne. On peut ainsi la voir dans, notamment, «She’ll Have to Go» (1962), «Le soldatesse» (1964), «Lo straniero» (1966), «The Magus» (1968), «Before Winter Comes» (1969), «Michael Kohlhaas - Der rebell» (1969),…
Elle fait en outre une incursion à Hollywood en figurant au générique de «Justine» (1969) de George Cukor.

Pour la télévision, elle est, en 1967, l’héroïne de «Anna», comédie musicale dont la musique est signée Serge Gainsbourg.

Dès le début des années 70, elle tourne à un rythme moins soutenu et, progressivement, sa filmographie est plus clairsemée.
 Parmi les productions, réalisées dans divers pays, dont elle est encore l’interprète, on peut relever, par exemple, «Rendez-vous à Bray» (1971), «Pane e cioccolata» (1973), «Chinesisches Roulette» (1976), «Olyan mint otthon» (1978), «L’ami de Vincent» (1983), «L’œuvre au noir» (1988), «Manden der ville vaere skyldig» (1990), «Haut bas fragile» (1994),…

Elle est aussi à la fois la réalisatrice et la vedette de «Vivre ensemble» (1973).

Marlène Pilaete