X

Marthe MERCADIER (1928)

Marthe Mercadier

icone

Marthe Mercadier (née à Saint-Ouen, France) débute à l’écran en 1950 mais, durant sa carrière, c’est principalement au théâtre, sous le signe de la comédie, que cette dynamique et populaire actrice s’illustre, en tenant la vedette de bon nombre de pièces, mettant en évidence son abattage et son talent.

Elle connaît néanmoins une certaine activité cinématographique, principalement durant les années 50.
 Elle est alors l’interprète d’une trentaine de films, parmi lesquels «Jamais deux sans trois» (1951), «Le plus joli péché du monde» (1951), «Les détectives du dimanche» (1952), «Rayés des vivants» (1952), «Capitaine pantoufle» (1953), «Les compagnes de la nuit» (1953), «Casse-cou, mademoiselle» (1954), «Vacances explosives» (1956), «Les femmes sont marrantes» (1957), «Le tombeur» (1957),…
Elle tient en outre un petit rôle dans la co-production franco-américaine «Un acte d’amour»/«Act of Love» (1953), qui lui permet de côtoyer Kirk Douglas.

Elle est moins active au cinéma durant les décennies suivantes mais on peut encore citer ses rôles dans, entre autres, «Dans l’eau qui fait des bulles» (1960), «Les enquiquineurs» (1965), «Béru et ces dames» (1968), «La puce et le privé» (1980), «Te marre pas… c’est pour rire» (1981), «Les aliénés» (2000),…
Elle est également la co-productrice de «Et la tendresse ? bordel !» (1978), qui remporte à l’époque un grand succès.

On peut encore signaler à son actif ses prestations pour la télévision, notamment sa participation à la série «Les saintes chéries» et sa contribution à plusieurs grands moments d’«Au théâtre ce soir».

Ajoutons enfin que son engagement humanitaire lui vaut la médaille du Mérite et le prix de la Solidarité décerné par les Nations-Unies.

Marlène Pilaete