X

Yvonne ARNAUD (1892 / 1958)

Yvonne Arnaud

icone

Yvonne Arnaud (née à Bordeaux, France) remporte en 1905 un Premier Prix de piano au Conservatoire de Paris et, durant plusieurs années, donne des récitals à travers l’Europe et l’Amérique.

En 1911, alors qu’elle est en Angleterre, elle décide de changer de voie et, l’année suivante, devient une star de la scène londonienne grâce à la comédie musicale «The Girl in the Taxi».

Quelques années plus tard, une opération à la gorge ayant endommagé ses cordes vocales, elle comprend que sa carrière de chanteuse s’arrête là et se tourne vers le théâtre.
 Dans ce domaine, elle connaît alors un succès considérable durant de nombreuses années.

Le cinéma britannique fait appel à elle à plusieurs reprises.
Elle est d’abord la vedette de deux films muets, «Desire» (1920) et «The Temptress» (1920).

Elle revient à l’écran à l’avènement du parlant et, de 1930 à 1936, est l’interprète de dix films, dont plusieurs sont adaptés de pièces dans lesquelles elle s’est illustrée.
 Très douée pour la comédie, elle tourne, entre autres, «Canaries Sometimes Sing» (1930), «Tons of Money» (1931), «A Cuckoo in the Nest» (1933), «Stormy Weather» (1935), «The Improper Duchess» (1936), «The Gay Adventure» (1936),…

Durant les années 40, elle figure, dans un registre plus dramatique, au générique de «Neutral Port» (1941), «Tomorrow We Live» (1942) et «Woman to Woman» (1946).

Elle revient ensuite à l’humour avec la comédie fantastique «The Ghosts of Berkeley Square» (1947).

Sa filmographie s’achève avec «Mon oncle» (1958), réalisé par Jacques Tati.

Sept ans après sa disparition, preuve de l’estime que lui portait son pays d’accueil, un théâtre auquel on donne son nom ouvre ses portes à Guilford, dans le Surrey. Il est toujours actif aujourd’hui.

Marlène Pilaete