X

Madge KENNNEDY (1891 / 1987)

Madge Kennedy

icone

Madge Kennedy (née à Chicago, Etats-Unis) devient une vedette de théâtre à Broadway en 1912.

Quelques années plus tard, elle signe un contrat avec le producteur Sam Goldwyn qui, de 1917 à 1921, en fait la star d’une vingtaine de films, parmi lesquels «Baby Mine» (1917), «Nearly Married» (1917), «A Perfect Lady» (1918), «Our Little Wife» (1918), «Day Dreams» (1919), «Leave It to Susan» (1919), «The Blooming Angel» (1920), «Dollars and Sense» (1920), «The Girl with a Jazz Heart» (1921), «Oh Mary Be Careful» (1921),…

Elle poursuit ensuite sa carrière cinématographique pour d’autres studios avec «The Purple Highway» (1923), «Three Miles Out» (1924), «Scandal Street» (1925), «Bad Company» (1925), «Lying Wives» (1925) et «Oh Baby» (1926).

Après le court-métrage «Walls Tell Tales» (1928), elle disparaît des écrans et, en 1934, elle abandonne la scène.

En 1952, le réalisateur George Cukor la pousse à sortir de sa retraite pour «The Marrying Kind».
 Par la suite, elle tient encore des rôles secondaires dans une quinzaine de productions, comme «Lust for Life» (1956), «They Shoot Horses, Don’t They ?» (1969) ou encore «The Day of the Locust» (1975).

Elle travaille en outre pour la télévision.

Marlène Pilaete