X

Magda SONJA (1886 ? 1895 ? / 1957 ? 1974 ?)

Magda Sonja

icone

Magda Sonja débute à l’écran en 1917 et ne tarde pas à devenir une vedette du cinéma germanique, travaillant en Autriche et en Allemagne.

Pendant la période du cinéma muet, elle est l’interprète de, entre autres, «Um ein Weib» (1917), «Die Liebe einer Blinden» (1917), «Der Stärkere» (1918), «Das andere Ich» (1918), «Die Spinne» (1919), «Die arge Nonne» (1920), «Venus» (1921), «Die Geburt des Antichrist» (1922), «Ssanin» (1924), «Das graue Haus» (1926), «Verbotene Liebe» (1927), «Mata Hari» (1927), dans lequel elle incarne la célèbre espionne, «Maria Stuart» (1927), «Sensations-Prozess» (1928),…

Durant sa carrière, elle tourne notamment beaucoup sous la direction de son mari, Friedrich Feher.

Elle fait sa première expérience parlante avec une co-production germano-tchéco-autrichienne, réalisée en double version, allemande et tchèque : «Kdyz struny Ikaji/Ihr Junge» (1930-1931).

On la voit ensuite dans un film produit lui aussi en versions allemande et tchèque, «Gehetzte Menschen/Stvani lide» (1932-1933).

Feher étant d’origine juive, les époux quittent l’Allemagne en 1933 et c’est en Grande-Bretagne que l’actrice termine sa carrière avec «The Robber Symphony/La symphonie des brigands» (1936), tourné à nouveau en double version, cette fois anglaise et française.

Marlène Pilaete