X

Blanquita AMARO (1923 / 2007)

Blanquita Amaro

icone

Blanquita Amaro (née à San Antonio de los Banos, Cuba) débute à l’écran dans son pays natal en 1939.

Jusqu’en 1954, elle poursuit sans encombre sa carrière de star de cinéma et tourne à Cuba, au Mexique et en Argentine.
 Elle est alors l’interprète de, entre autres, «Estampas habaneras» (1939), «Profugos» (1940), «Hotel de verano» (1944), «Besame mucho» (1945), «Embrujo antillano» (1947), «Una noche en el Ta-Ba-Rin» (1949), «Rincon criollo» (1950), «A la Habana me voy» (1951), «Barbara atomica» (1952), «Casada y senorita» (1954),…

Elle est en outre la vedette de la co-production hispano-argentino-cubaine «Una Cubana en Espana» (1951) et de la co-production hispano-cubaine «Bella, la salvaje» (1953).

Mais le Septième Art est loin d’être la seule activité artistique de Blanquita Amaro.
 En effet, elle se fait également connaître comme chanteuse et danseuse, spécialement dans le domaine de la rumba.

Après la prise du pouvoir par Fidel Castro, elle part en 1959 au Panama, où elle connaît notamment un grand succès à la télévision.

En 1968, elle s’installe à Miami où, durant de longues années, elle se produit encore sur scène et travaille pour le petit écran et la radio.

Marlène Pilaete