X

Jane WYMAN (1917 / 2007)

Jane Wyman

icone

Jane Wyman (née à St. Joseph, Etats-Unis) débute à l’écran en 1932.
 Dès 1936, elle sort des emplois de figurante et, l’année suivante, elle tient ses premiers rôles féminins principaux dans «Mr. Dodds Takes the Air» et «Public Wedding».

Devenue vedette de second plan, elle est, par la suite, l’interprète de, notamment, «Kid Nightingale» (1939), «Gambling on the High Seas» (1940), «The Body Disappears» (1941), «Larceny Inc.» (1942), «Make Your Own Bed» (1944),…
 Elle est également la partenaire de Ronald Reagan, son époux de 1940 à 1948, dans «Brother Rat» (1938), «Brother Rat and a Baby» (1940), «An Angel from Texas» (1940) et «Tugboat Annie Sails Again» (1940).

En 1945, Billy Wilder la choisit pour être une des protagonistes de «The Lost Weekend», aux côtés de Ray Milland.
 Grâce à ce film, elle quitte définitivement l’univers des séries B, dans lesquelles elle s’était principalement illustrée jusque là, et voit ses dons d’actrice d’avantage reconnus.

Sa carrière prend désormais une nouvelle tournure.
«The Yearling» (1946) lui vaut en effet une première nomination à l’Oscar de la meilleure interprétation et elle ne tarde pas à remporter celui-ci pour son émouvante création de sourde-muette dans «Johnny Belinda» (1948).
 A force de persévérance, de travail et de talent, Jane Wyman finit ainsi par se retrouver dans les premiers rangs des stars hollywoodiennes.

Par après, elle touche beaucoup le public, surtout féminin, en tournant des mélodrames comme «The Blue Veil» (1951), «So Big» (1953), «Magnificent Obsession» (1954), «All That Heaven Allows» (1955), «Lucy Gallant» (1955) ou encore «Miracle in the Rain» (1956)

Dans un registre plus léger, on peut aussi l’apprécier dans, entre autres, «The Lady Takes a Sailor» (1949) et «Three Guys Named Mike» (1951).
 On peut en outre encore citer trois comédies musicales, «Here Comes the Groom» (1951), «Just for You» (1952) et «Let’s Do It Again» (1953), les deux premières en compagnie de Bing Crosby.

A partir de 1957, elle ne travaille plus qu’à quatre reprises pour le cinéma dans «Holiday for Lovers» (1959), «Pollyanna» (1960), «Bon Voyage» (1962) et «How to Commit Marriage» (1969).

Elle est par contre d’avantage présente à la télévision. Par exemple, elle anime, de 1955 à 1958, le «Jane Wyman Presents the Fireside Theater» et, de 1981 à 1990, elle incarne la machiavélique matriarche Angela Channing dans la série «Falcon Crest».

Elle fait ses adieux au métier de comédienne en apparaissant dans un épisode de «Dr. Quinn, Femme médecin» en 1993.

Marlène Pilaete