X

Lucienne BOYER (1901 / 1983)

Lucienne Boyer

icone

Après avoir exercé divers métiers, notamment celui de modèle pour peintres, Lucienne Boyer (née à Paris, France) se tourne vers la chanson à la fin des années 10.
 Elle enregistre son premier disque en 1926 et, en 1928, ouvre son propre cabaret.

En 1930, le triomphe de «Parlez-moi d’amour» la propulse au premier rang des interprètes françaises et sa popularité franchit rapidement les frontières de l’Hexagone.
 Elle remporte ses plus grands succès au cours des années 30 et 40.

Par la suite, tout en étant moins à l’avant-plan, elle continue sa carrière et, en 1976, on peut même l’applaudir à l’Olympia en compagnie de sa fille Jacqueline, lauréate du concours Eurovision en 1960.

Elle aborde le cinéma en tournant quelques courts-métrages qui sont en fait des chansons filmées : «Cabaret» (1929), «Dans la fumée» (1930), «Prenez mes roses» (1930) et «Petite môme» (1931).
 N’étant pas une inconnue aux Etats-Unis, elle décline, quelques années plus tard, l’offre de travailler à Hollywood.

Il faut finalement attendre 1969 pour revoir Lucienne Boyer au grand écran. Elle incarne alors une chanteuse dans «Le clair de terre».

Elle apparaît ensuite dans «Ils» (1970), le point final de sa filmographie.

Marlène Pilaete