X

Françoise HARDY (1944)

Françoise Hardy

icone

Françoise Hardy (née à Paris, France) connaît en 1962 un succès foudroyant avec son premier disque, «Tous les garçons et les filles».
 C’est le point de départ d’une longue carrière, au cours de laquelle elle s’affirmera comme une des icônes de son époque et comme une des chanteuses les plus respectées de sa génération.

Parmi ses titres les plus connus, relevons par exemple «Mon amie la rose» en 1964, «L’amitié» en 1965, «La maison où j’ai grandi» en 1966, «Des ronds dans l’eau» en 1967, «Comment te dire adieu» en 1968, «Message personnel» en 1973, «J’écoute de la musique saoule» en 1978, «Tamalou» en 1980, «V.I.P.» en 1986 ou encore «Puisque vous partez en voyage», interprété en duo en 2000 avec son époux Jacques Dutronc.

Le cinéma s’intéresse très tôt à elle et elle y débute dans un des rôles principaux de «Château en Suède» (1963) de Roger Vadim.
 Elle est ensuite la vedette de la co-production franco-grecque «Une balle au cœur» (1965) avant de rejoindre la prestigieuse distribution de la superproduction américaine se déroulant dans le monde de la Formule 1, «Grand Prix» (1966).

Ces trois films constituent l’essentiel de la contribution de l’artiste au Septième Art. On peut néanmoins encore citer ses apparitions non-créditées dans «What’s New, Pussycat» (1965) et «Masculin féminin» (1966) et sa brève prestation dans la production canadienne «Les colombes» (1972).

Pour le reste, mentionnons «I ragazzi dell’hully gully» (1964), «Questo pazzo, pazzo mondo della canzone» (1965), «Altissima pressione» (1965), «Europa canta» (1966) et «Si c’était à refaire» (1976), dans lesquels on lui demande d’être tout simplement Françoise Hardy et de chanter.

Marlène Pilaete