X

MIREILLE (1906 / 1996)

Mireille

icone

Mireille (née à Paris, France) fait, alors qu’elle est encore une enfant, une apparition dans un film anglais au début des années 10.
 Durant les années 20, elle se produit sur scène dans des pièces de théâtre, des revues et des opérettes.
 Attirée par la composition, elle écrit, avec Jean Nohain comme parolier, la musique d’une comédie musicale, «Fouchtra», qui est refusée partout.

A la fin des années 20, elle quitte la France et on la retrouve aux Etats-Unis où, de novembre 1929 à mars 1930, elle est une des vedettes à Broadway de «Bitter Sweet» de Noel Coward. Elle revient au cinéma à Hollywood et y tourne trois versions françaises de films américains. C’est ainsi qu’elle figure au générique de, notamment, «Le procès de Mary Dugan» (1931), dans lequel elle côtoie Huguette Duflos, Françoise Rosay et Charles Boyer.

Durant son absence, la chanson «Couchés dans le foin», extraite de «Fouchtra», remporte un grand succès en France dans une interprétation du duo Pills et Tabet.
 Dès lors, elle rentre dans son pays natal, où son talent est désormais reconnu.

Durant sa carrière, elle compose d’autres succès comme «Ce petit chemin», «Les trois gendarmes», «Papa n’a pas voulu» ou encore «Puisque vous partez en voyage», qu’elle interprète de sa voix acidulée.
 Notons en outre que des artistes comme Maurice Chevalier, Jean Sablon ou encore Yves Montand inscriront des airs de Mireille à leur répertoire.

Sa renommée lui vaut de revenir au Septième Art dans les rôles principaux de «Chourinette» (1933) et «Les vingt-huit jours de Clairette» (1933), réalisés par André Hugon. Celui-ci la dirige en outre dans le court-métrage «La paix chez soi» (1933).

D’origine juive, elle se réfugie durant la guerre en zone libre et participe à la Résistance.
 Après-guerre, on la revoit dans un dernier film, «Au fil des ondes» (1950), dans son propre rôle.

En 1955, elle crée à la radio le «Petit Conservatoire de la chanson», qui deviendra, de 1960 à 1975, une émission de télévision.

En professeur avisé, elle y critique, conseille et apprend à progresser des apprentis-chanteurs, dont quelques-uns connaîtront un brillant parcours comme Alice Dona, Françoise Hardy ou encore Yves Duteil.

Marlène Pilaete