X

Suzy SOLIDOR (1900 / 1983)

Suzy Solidor

icone

Suzy Solidor (née à Saint-Servan-sur-Mer, France) se lance avec succès dans la chanson dans les années 30.
 Parmi les titres les plus connus de celle qu’on surnomme «la fille aux cheveux de lin», on peut citer «Ouvre», «Escale» ou encore une version française de «Lily Marlène».

Au cinéma, elle tient un véritable rôle dans «La garçonne» (1936), dans lequel elle s’intéresse à l’héroïne incarnée par Marie Bell d’une façon qui ne laisse planer aucun doute.
 On ne s’étonnera pas que, pour ce rôle, on ait choisi Suzy Solidor, qui, dans la vie, ne faisait pas mystère de sa bisexualité.

Dans ses trois autres films, «Escale» (1935), «La femme du bout du monde» (1937) et «Ceux du ciel» (1940), on la retrouve en chanteuse.

Son cabaret parisien ayant été très fréquenté par des officiers allemands durant l’Occupation, elle connaît des ennuis à la Libération et se voit frappée d’une interdiction de travailler. Lorsque celle-ci prend fin, elle reprend sa carrière et ouvre encore, notamment, des cabarets, d’abord à nouveau à Paris, puis à Cagnes-sur-Mer, où elle se produira jusqu’au milieu des années 60.

On ne peut, lorsqu’on évoque Suzy Solidor, passer sous silence son activité de modèle pour peintres, une habitude qu’elle prend dès les années 20.
 Durant son existence, elle posera pour plus de deux cents artistes, parmi lesquels Foujita, Tamara de Lempicka, Van Dongen, Marie Laurencin, Cocteau, Dufy, Picabia, Bacon,…
 Elle donnera d’ailleurs une partie de sa collection à la ville de Cagnes-sur-Mer, où on peut aujourd’hui admirer les tableaux au château-musée Grimaldi.

Pour la petite histoire, rappelons enfin qu’en juin 1934, elle fut la première chanteuse à paraître à la télévision française.

Marlène Pilaete