X

Sylvie VARTAN (1944)

Sylvie Vartan

icone

Sylvie Vartan (née à Iskretz, Bulgarie) fait une apparition dans le film bulgare «Pod igoto» (1952) avant d’émigrer en France avec ses parents et son frère en décembre 1952.

En 1961, elle enregistre sa première chanson, «Panne d’essence», en duo avec Frankie Jordan et l’année 1962 voit la jeune fille grimper rapidement les échelons de la célébrité.
 Parmi ses premiers tubes, on peut citer, entre autres, «Tous mes copains» en 1962, «Si je chante» en 1963 ou encore «La plus belle pour aller danser» en 1964.

Le cinéma ne reste pas insensible à celle qui est alors une des idoles de son époque et, avec beaucoup d’humour, elle accepte d’interpréter une chanteuse lancée à grands renforts de publicité par une maison de disques dans «Un clair de lune à Maubeuge» (1962).

Elle tourne ensuite «D’où viens-tu Johnny» (1963), en compagnie de Johnny Hallyday, son époux de 1965 à 1980, et «Patate» (1964), dans lequel elle côtoie Jean Marais et Danielle Darrieux.

Mais elle n’a pas beaucoup de temps à consacrer au Septième Art, et, dans ses quelques autres films des années 60, comme «Cherchez l’idole» (1964) et ou encore «Les Poynettes» (1967), elle se contente d’être elle-même et de chanter.

Dans les années 70, elle est une des interprètes du film fantastique franco-belgo-allemand «Malpertuis» (1971) et elle fait une apparition dans son propre rôle dans «Absences répétées» (1972). Mais cela n’est qu’une parenthèse pour la vedette, qui continue d’être une des plus populaires artistes de variétés en France.

Il faudra attendre «L’ange noir» (1994), dans lequel elle incarne une garce vénéneuse, pour la revoir sur grand écran.

Marlène Pilaete