X

Renée HERIBEL (1903 / 1952)

Renée Héribel

icone

Renée Héribel (née à Caen, France) débute à l’écran en 1924.
 Durant sa carrière de vedette du cinéma muet français, elle est l’interprète de, entre autres, «Le vert galant» (1924), «Fanfan la Tulipe» (1925), «L’île enchantée» (1926), «Le prince Jean» (1927), «L’appassionata» (1928),…

Elle travaille en outre en Allemagne pour des films comme «Die Stadt der tausend Freuden» (1927), «Narkose» (1929) ou encore «Die stärkere Macht» (1929).

Elle fait aussi partie des nombreux artistes français figurant au générique de la production américaine «Madame Sans-Gêne» (1924), que Gloria Swanson tourne dans l’Hexagone.
 On peut également relever dans sa filmographie deux co-productions franco-allemandes, «L’esclave blanche/Die weisse Sklavin» (1927) et «Cagliostro» (1929), ainsi qu’une co-production germano-danoise, «Der Faschingskönig/Jokeren» (1928).

En 1929, elle est l’héroïne du premier film parlant français, «Les trois masques», qu’André Hugon réalise dans des studios anglais.
 On la voit ensuite dans, notamment, «Chacun sa chance» (1930), qui n’est autre que le premier long-métrage de Jean Gabin, «La maison jaune de Rio» (1930), «Les nuits de Port-Saïd» (1931),…

Elle disparaît des écrans en 1933.

Marlène Pilaete