X

Glenda FARRELL (1901 / 1971)

Glenda Farrell

icone

Glenda Farrell (née à Enid, Etats-Unis) débute à l’écran comme figurante dans un film de 1929 mais c’est au théâtre qu’elle commence à se faire connaître.
 Pour sa deuxième apparition à l’écran, elle incarne la petite amie de Douglas Fairbanks Jr. dans «Little Caesar» (1930).
 Elle retourne ensuite sur scène où elle remporte notamment un grand succès en 1932 dans la pièce «Life Begins».

Par après, elle repart pour Hollywood et signe alors avec la Warner, dont elle devient une des vedettes.
 Spécialiste des rôles de blondes culottées et dures à cuire, elle tourne à un rythme soutenu jusqu’à la fin des années 30 et est l’interprète de, entre autres, «I Am a Fugitive from a Chain Gang» (1932), «Lady for a Day» (1933), «The Mystery of the Wax Museum» (1933), «Hi, Nellie !» (1934), «Merry Wives of Reno» (1934), «Gold Diggers of 1935» (1935), «Here Comes Carter» (1936), «You Live and Learn» (1937), réalisé en Angleterre, «Prison Break» (1938), «Hollywood Hotel» (1938),
 Elle forme également un tandem pétillant avec Joan Blondell dans quelques films, parmi lesquels «Havana Widows» (1933), «Kansas City Princess» (1934), «We’re in the Money» (1935),
 Elle tient en outre le rôle principal d’une reporter apprentie-détective dans sept épisodes de la série des « Torchy Blane » : «Smart Blonde» (1937), «Fly-Away Baby» (1937), «The Adventurous Blonde» (1937), «Blondes at Work» (1938), «Torchy Gets Her Man» (1938), «Torchy Blane in Chinatown» (1939) et «Torchy Runs for Mayor» (1939).

Désirant changer d’atmosphère, elle délaisse le cinéma en 1939 et retourne sur scène, où elle ne tarde pas à faire grande impression à Broadway avec «Separate Rooms», qu’elle crée en 1940.
 A son actif théâtral, on peut encore citer, par exemple, «The Overtons» en 1945 ou encore «Forty Carats», dont la première a lieu en décembre 1968.

Hollywood ne l’oublie cependant pas et, de 1942 à 1968, elle apparaît encore dans 19 films, généralement dans des seconds rôles.

Pour être complet, signalons enfin, de 1949 à 1969, son brillant parcours à la télévision, qui lui permet de recevoir un Emmy Award en 1963 pour sa participation à la série «Ben Casey».

Marlène Pilaete