X

Kate BRUCE (1858 / 1946)

Kate Bruce

icone

Kate Bruce (née à Columbus, Etats-Unis) débute à l’écran à la Biograph en 1908.
 Elle en devient rapidement une des vedettes et y reste jusqu’en 1915.
 Elle tourne alors un nombre impressionnant de courts-métrages et est dirigée à maintes reprises par D.W. Griffith.

De son imposante filmographie, on peut relever, entre autres, «His Duty» (1909), «They Would Elope» (1909), «Wanted, a Child» (1909), «The Two Brothers» (1910), «A Child of the Ghetto» (1910), «Two Little Waifs» (1910), «Three Sisters» (1911), «Her Awakening» (1911), «The Painted Lady» (1912), «The New York Hat» (1912), «The Strong Man’s Burden» (1913), «The Yaqui Cur» (1913), «The Little Tease» (1913), «Her Mother’s Weakness» (1914), «The Scar» (1914), «The Smuggler’s Ward» (1915), «When Hearts Are Young» (1915),…

Au début des années 10, alors que la politique officielle de la Biograph est de ne pas divulguer les noms de ses acteurs, le distributeur en Angleterre des films de la compagnie décide de contourner le problème et de donner des pseudonymes fictifs aux artistes. C’est ainsi que Kate Bruce se voit rebaptisée Phyllis Forde pour les spectateurs britanniques.

Après avoir quitté la Biograph, elle poursuit sa carrière avec des films comme «Susan Rocks the Boat» (1916), «A Woman’s Awakening» (1917), «The Hun Within» (1918), «Mary Ellen Comes to Town» (1920),…
 Elle retrouve en outre D.W.Griffith qui lui offre des rôles dans quelques-uns de ses films, parmi lesquels «Intolerance» (1916), «The Greatest Thing in Life» (1918), «A Romance of Happy Valley» (1919), «Way Down East» (1920), «Orphans of the Storm» (1921),…

Elle est moins active durant les années 20 et sa grande période est désormais bien passée.
 On peut encore citer, néanmoins, «The City of Silent Men» (1921), «His Darker Self» (1924), «Secret Studio» (1927), «A Bowery Cinderella» (1927),…

Son parcours cinématographique se termine avec «The Struggle» (1931), qui, par une curieuse coïncidence, est aussi le dernier film réalisé par D.W.Griffith, l’homme qui aura révélé son talent.

Marlène Pilaete