X

Antonie NEDOSINSKA (1885 / 1950)

Antonie Nedosinska

icone

Venue du théâtre, auquel elle restera d’ailleurs fidèle, Antonie Nedosinska (née à Prague, Tchécoslovaquie) débute à l’écran dans «Zlaté srdécko» (1916) et est ensuite l’interprète de quatre autres films jusqu’en 1923.

A partir de 1925, elle tourne régulièrement et, bien qu’elle ait parfois l’occasion de tenir des rôles plus dramatiques, on l’emploie le plus souvent dans des comédies.
 Elle forme notamment, à plusieurs reprises, un couple cinématographique très populaire avec Theodor Pistek, autre figure incontournable du cinéma tchèque de l’époque.

Durant sa carrière de vedette, Antonie Nedosinska figure à l’affiche de, entre autres, «Do panského stavu» (1925), «Na letnim byte» (1926), «V panském stavu» (1927), «Filosofka Maja» (1928), «Podskalak» (1929), «Tonka sibenice» (1930), «Fidlovacka» (1931), «Madla z cihelny» (1932), «Dum na predmesti» (1933), «Zlata Katerina» (1934), «Dokud mas maminku» (1934), «Vdavky Nanynky Kulichovy» (1935), «Barbora radi» (1935), «Velbloud uchem jehly» (1936), «Kariera matky Lizalky» (1937), «Klapzubova XI» (1938), «Dobre situovany pan» (1939), «Panna» (1940), «Prazsky flamendr» (1941),…

Sa filmographie s’interrompt durant quelques années dès 1942 et elle ne revient sur les plateaux de tournage que pour «Capkovy povidky» (1947), au générique duquel on retrouve aussi son vieux complice Theodor Pistek.

Marlène Pilaete