X

Valentina CORTESE (1923)

Valentina Cortese

icone

Valentina Cortese (née à Milan, Italie) débute à l’écran en 1941 et, en peu de temps, devient une des jeunes stars les plus prometteuses de Cinecitta.
 Elle est alors l’interprète de, entre autres, «Primo amore» (1941), «Il bravo di Venezia» (1941), «Orizzonte di sangue» (1942), «Soltanto un bacio» (1942), «Giorni felici» (1942), «Quattro ragazze sognano» (1943),…

Après-guerre, son image d’ingénue s’estompe et son talent s’affirme.
 Progressivement, elle s’impose comme une des grandes dames du cinéma italien et elle connaît une carrière d’une longévité exceptionnelle.
 L’actrice tourne bien sûr dans son pays natal mais, en tant que vedette internationale, travaille aussi pour les industries cinématographiques américaine, anglaise, française, espagnole ou allemande.

Elle tourne notamment «Un Americano in vacanza» (1945), «I miserabili» (1947), adaptation des « Misérables » de Victor Hugo dans laquelle elle tient le double rôle de Fantine et de Cosette jeune fille, «Il corriere del re» (1947), «The Glass Mountain» (1949), «Thieves’ Highway» (1949), «Malaya» (1949), «Donne senza nome» (1950), «The House on Telegraph Hill» (1951), «Secret People» (1952), «Lulu» (1953), «Il matrimonio» (1954), «The Barefoot Contessa» (1954), «Le amiche» (1955), «Adriana Lecouvreur» (1955), «Calabuch» (1956), «Amore e guai» (1958), «Axel Munthe – der artz von san Michele» (1962), «La ragazza che sappeva troppo» (1963), «La donna del lago» (1965), «Giulietta degli spiriti» (1965), «The Legend of Lylah Clare» (1968), «Les caprices de Marie» (1970), «Erste liebe» (1970), «Fratello sole, sorella luna» (1972), «La nuit américaine» (1973), «Le grand escogriffe» (1976), «Un ombra nell’ombra» (1979), «When Time Ran Out…» (1980), «Via Montenapoleone» (1986), «The Adventures of Baron Munchausen» (1988), «Storia di una capinera» (1993),…

Le Septième Art n’est cependant pas le seul domaine dans lequel elle exerce ses dons.
 En effet, Valentina Cortese est également une comédienne de théâtre reconnue et respectée en jouant des pièces de, par exemple, Shakespeare, Goldoni, Tchekhov, von Schiller, Wedekind, Pirandello, Brecht, O’Neil, Mauriac,…

Elle ne dédaigne pas non plus la télévision et on peut ainsi la voir, par exemple, en Hérodiade dans la mini-série «Gesu di Nazareth» (1977) de Franco Zeffirelli.

Marlène Pilaete