X

Elsa De GIORGI (1914 / 1997)

Elsa De Giorgi

icone

Après avoir remporté un concours de beauté, Elsa de Giorgi (née à Pesaro, Italie) est choisie par Mario Camerini pour tenir le rôle féminin principal du mélodrame «T’amero sempre» (1933), qui en fait une star.

Elle est ensuite l’interprète de, entre autres, «L’eredita dello zio buonanima» (1934), «La signora Paradiso» (1934), «Porto» (1935), «Ma non è una cosa seria» (1936), «La mazurka di papa» (1938), «La sposa dei re» (1938), «Due milioni per un sorriso» (1939), «Capitan Fracasa» (1940), «La maschera di Cesare Borgia» (1941), «Fra’ Diavolo» (1942), «Sant’Elena, piccola isola» (1943),…

Après la fin de la guerre, elle fait son retour sur les écrans avec «Il Tiranno di Padova» (1946) et «Manu il contrabbandiere» (1948).
 Par la suite, elle ne travaille presque plus pour le cinéma. On peut cependant noter sa présence dans deux films de son ami Pier Paolo Pasolini : le sketch «La Ricotta», extrait de «Ro.Go.Pa.G.» (1963), et «Salo o le 12 giornate di Sodoma» (1975).

Ajoutons que, durant sa carrière, Elsa de Giorgi ne se limite pas au Septième Art et touche aussi au théâtre et à la littérature.

En 2004, la publication posthume d’extraits de lettres lui ayant été adressées par l’écrivain Italo Calvino durant leur liaison de 1955 à 1958 provoque la polémique en Italie, certains se demandant s’il ne s’agit pas là d’une démarche journalistique destinée à flatter le goût du public pour les histoires croustillantes.

Marlène Pilaete