X

Leda GLORIA (1912 / 1997)

Leda Gloria

icone

Leda Gloria (née à Rome, Italie) débute à l’écran en 1928 et devient vite une jeune vedette prometteuse du cinéma muet italien grâce à «Viaggio di nozze in sette» (1928) ou encore «Ragazze non scherzate» (1929).
 Sa renommée s’accroît considérablement avec son premier film parlant, «Terra Madre» (1931).

Durant les années 30, sa carrière est à son zénith.
Elle est alors l’interprète de, notamment, «La tavola dei poveri» (1932), «Palio» (1932), «Il trattato comparso» (1933), «Il cappello a tre punte» (1934), «L’aria del continente» (1935), «L’ambasciatore» (1936), «Duetto vagabondo» (1938), «Il Marchese di Ruvolito» (1939), «La grande luce» (1939),…

Dès le début des années 40, son étoile est quelque peu en baisse mais elle continue à tourner régulièrement et on peut alors la voir dans, entre autres, «Antonio Meucci, il mago di Clifton» (1940), «Notte di fortuna» (1941), «La pantera nera» (1942), «Dagli Apennini alle Ande» (1943),…

Après-guerre, elle glisse vers des rôles plus secondaires.
Dans les années 50, elle joue notamment dans plusieurs films les mères d’actrices de la nouvelle génération comme Gianna-Maria Canale, Maria Frau, Cosetta Greco, Marisa Allasio ou encore Maria Fiore.

A partir de 1952, elle incarne aussi la femme du maire communiste Peppone dans la populaire série des «Don Camillo», qui oppose Gino Cervi à Fernandel.
 Elle retrouve d’ailleurs celui-ci dans «Le boulanger de Valorgues» (1953), «Sous le ciel de Provence» (1956), «La loi c’est la loi» (1958) et «Cocagne» (1961).

Sa filmographie s’achève en 1965.

Marlène Pilaete