X

Mariella LOTTI (1921)

Mariella Lotti

icone

Mariella Lotti (née à Busto Arsizio, Italie) débute à l’écran dans un court-métrage en 1937. Ayant profité des cours du "Centro Sperimentale di Cinematografia", elle tient son premier rôle marquant dans «Io, suo padre» (1939) et devient une star à l’aube des années 40.

La belle, élégante et photogénique blonde est alors l’interprète de, notamment, «Il ponte dei sospiri» (1940), «Kean» (1940), «I mariti» (1941), «Il cavaliere senza nome» (1941), «La gorgona» (1942), «Turbamento» (1942), «Acque di primavera» (1942), «Quelli della montagna» (1943),…
 Elle commence aussi à tourner en 1943 «Nessuno torna indietro» et «La freccia nel franco», qui figurent parmi ses meilleurs films mais qui ne sortiront qu’en 1945.

Bien qu’elle soit désormais un peu moins à l’avant-plan, elle poursuit sa carrière après l’effondrement du régime fasciste avec, entre autres, «Canto, ma sottovoce» (1945), «Malacarne» (1946), «I fratelli Karamazoff» (1947), «Arrivederci, papa» (1948), «E piu facile che un cammello…» (1950), «Il capitano di Venezia» (1951), «Solo per te, Lucia» (1952),…

Elle figure également au générique de la co-production italo-américaine «I pirati di Capri/Pirates of Capri» (1949) et de la co-production italo-espagnole «Carmen proibita/Siempre Carmen» (1952).
 Elle est en outre dirigée par le réalisateur français Yves Allégret dans «Nez de cuir» (1952), qui lui donne l’occasion de côtoyer Jean Marais.

Par ailleurs, l’actrice diversifie ses activités en se produisant au théâtre.
 Elle est ainsi, par exemple, dirigée par Luchino Visconti dans «Crime et châtiment» en 1946 et «Life With Father» en 1947.

Elle se retire dans le début des années 50, suite à un mariage.

Marlène Pilaete