X

Beatrice MANCINI (1917 / 1987)

Beatrice Mancini

icone

Beatrice Mancini (née à Rome, Italie) débute à l’écran en 1935.
 On la remarque dans un second rôle de «Scarpe grosse» (1940) et elle connaît la consécration en 1941 grâce à deux films du réalisateur Goffredo Alessandrini.
 Sous sa direction, elle incarne alors un modèle du peintre Caravage dans «Caraveggio, il pittore maledetto» et une malheureuse créature vivant un enfer dans sa vie conjugale dans «Nozze di sangue».

Elle souffre aussi beaucoup dans le mélodrame «L’angelo bianco» (1943) en se glissant dans la peau d’une femme, séduite et abandonnée par un aristocrate, qui prend le voile après qu’on lui ait fait croire que le fils né de cette union est mort.
 Ce personnage, tiré du roman populaire «I figli di nessuno» de Ruggero Nindi, avait déjà été joué par Leda Gys en 1921 et resservira pour Yvonne Sanson en 1951.

Durant sa carrière de vedette, Beatrice Mancini est encore le doux professeur de piano dont tombe amoureux Mino Doro dans «Una notte dopo l’opera» (1942) et figure parmi les interprètes de «Rita da Cascia» (1943), «Il treno crociato» (1943) et «Vietato ai minorenni» (1944).

Après-guerre, on la revoit dans quelques productions dès le début des années 50.

Mais l’actrice est désormais passée à l’arrière-plan et sa filmographie de cette période n’atteint même pas dix titres.

Marlène Pilaete