X

Claude FARELL (1918 / 2008)

Claude Farell

icone

De père autrichien et de mère française, Claude Farell (née à Vienne, Autriche) débute à l’écran en Allemagne en 1940 et s’appelle alors brièvement Paulette Colar.

Elle tient bientôt le rôle féminin principal de «Zwei in einer grossen Tadt» (1942) qui la lance comme jeune star prometteuse du cinéma allemand et lui apporte un nouveau pseudonyme, Monika Burg.
 Sous ce nom, elle figure encore parmi les protagonistes de «Titanic» (1943) et est la vedette de «Lache bajazzo» (1943) et «Meine herren Söhne» (1945).

Après-guerre, l’actrice part pour la France, où elle recommence à travailler, en décidant à nouveau de modifier son identité.
 Il faudra attendre 1948 pour qu’elle arrête enfin son choix définitif sur Claude Farell.

Pour le cinéma français, elle est l’interprète de «La nuit blanche» (1948), «Drame au Vel’d’Hiv’» (1949), «Méfiez-vous des blondes» (1950), «Allô… je t’aime» (1952), «Monsieur Suzuki» (1959) et «Le cercle vicieux» (1959).

Elle renoue également avec l’Allemagne et on peut la voir dans, entre autres, «Hochzeitsnacht im Paradies» (1950), «Die Nacht ohne Moral» (1953), «Clivia» (1954), «Hotel Adlon» (1955), «Spion für Deutschland» (1956), «Der Hochtourist» (1961),…
 Elle tourne aussi les deux versions, allemande et française, de «Die drei von der Tankstelle/Le chemin du paradis» (1955-1956), remake d’un grand succès de 1930, dans lequel son personnage était joué par Olga Tschechowa.

On retrouve en outre son nom au générique du film anglais «The Woman’s Angle» (1952), du film italien «I vitelloni» (1953), réalisé par Federico Fellini, et de deux films suisses, «Palace Hotel» (1952) et «Die Gejagten» (1961).

A partir de 1962, sa filmographie est moins fournie et ses rôles deviennent plus secondaires.

Marlène Pilaete