X

Nina FOCH (1924 / 2008)

Nina Foch

icone

De père hollandais et de mère américaine, Nina Foch (née à Leiden, Pays-Bas) débute à l’écran à Hollywood en 1943 dans un court-métrage de la Warner.

Dès 1944, elle est une des vedettes de la Columbia, pour qui elle est l’interprète de, entre autres, «Cry of the Werewolf» (1944), «Escape in the Fog» (1945), «My Name Is Julia Ross» (1945), «Prison Ship» (1945), «The Dark Past» (1948), «Johnny Allegro» (1949), «The Undercover Man» (1949),…

Elle reste dans cette compagnie jusqu’en 1949 et, par la suite, tient plutôt des seconds rôles, par exemple dans «An American in Paris» (1951), «Scaramouche» (1952), «Executive Suite» (1954), «The Ten Commandments» (1956),…
 Elle se retrouve néanmoins encore en tête d’affiche féminine de quelques films comme «St. Benny the Dip» (1951) ou encore «Illegal» (1955).

De 1957 jusqu’au début du 21ème siècle, on ne compte plus qu’une quinzaine d’apparitions cinématographiques à son actif.
 Par contre, le petit écran, pour qui elle travaille dès la fin des années 40, continue de l’employer à de nombreuses reprises.

L’actrice a également plusieurs pièces de théâtre à son actif, notamment «John Loves Mary» à Broadway en 1947.

Durant bon nombre d’années, elle donne en outre des cours à des acteurs et des metteurs en scène et devient une personnalité respectée dans ce domaine. La veille de sa mort, elle était d’ailleurs encore face à ses élèves.

Marlène Pilaete