X

MILU (1926 / 2008)

Milù

icone

A la fin des années 30, Milù (née à Lisbonne, Portugal) se fait connaître sur les ondes radiophoniques.
 On la voit aussi sur les planches dans une revue enfantine en 1938 et elle tient un petit rôle dans un film en 1939

En 1942, la publication dans un magazine de sa photographie, avec comme légende "la plus belle fleur de la radio", attire l’attention de producteurs de cinéma et du réalisateur Artur Duarte, qui lui offre un des rôles principaux de «O costa do castelo» (1943).

Ce film en fait une star du cinéma portugais et elle est ensuite l’interprète de «Leao da estrela» (1947), «A volta de José do Telhado» (1949), «O grande elias» (1950), «Os tres da vida airada» (1952), «Agora e que sao elas» (1954), «Vidas sem rumo» (1956) et «Dois dias no paraiso» (1958).

Elle tourne en outre deux co-productions hispano-portugaises sous la direction de Ladislao Vajda : «Doce lunas de miel» / «Doze luas de mel» (1944) et «Barrio» / «Viela (Rua sem sol)» (1947).

Elle passe la majeure partie des années 60 au Brésil avant de revenir dans son pays natal en 1968.
 Elle retrouve alors le cinéma en tête d’affiche dans «O diabo era outro» (1969).

Par la suite, elle travaille encore une dernière fois pour le Septième Art avec «Kilas o mau da fita» (1981).

Durant sa carrière, l’actrice se produit aussi de temps à autre sur scène, dans des revues et des pièces de théâtre.

Marlène Pilaete