X

Carroll BAKER (1931)

Carroll Baker

icone

Après avoir fait de la télévision, du théâtre et tenu son premier petit rôle au grand écran dans «Easy to Love» (1953), Carroll Baker (née à Johnstown, Etats-Unis) se fait remarquer en incarnant la fille d’Elizabeth Taylor et Rock Hudson dans «Giant» (1956), qui lance véritablement sa carrière cinématographique.

Elle devient rapidement une star grâce à «Baby Doll» (1956), dont le climat érotique fait à l’époque scandale.
 Elle est ensuite l’interprète de, entre autres, «The Big Country» (1958), «But not for Me» (1959), «Something Wild» (1961), «Station Six-Sahara» (1962), «The Carpetbaggers» (1964), «Cheyenne Autumn» (1964), «Sylvia» (1965), «Harlow» (1965),…

Après avoir connu des problèmes de contrat avec la Paramount, l’actrice part en Italie, où Marco Ferreri en fait la vedette de «L’Harem» (1967).
 Jusqu’en 1976, elle travaille principalement dans ce pays et fait notamment plusieurs incursions dans le “giallo”, genre de thriller horrifique alors très populaire.

La nouvelle étoile du cinéma transalpin apparaît dans des productions comme «Il dolce corpo di Deborah» (1968), «Orgasmo» (1969), «Cosi dolce… cosi perversa» (1969), «Paranoia» (1970), «Il coltello di ghiaccio» (1972), «Baba Yaga» (1973), «Lezioni private» (1975) ou encore «La moglie di mio padre» (1976).

A la fin des années 70, la cosmopolite artiste tourne «Bad» (1977) aux U.S.A., «Cyclone» (1978) au Mexique, «The World Is Full of Married Men» (1979) en Angleterre et «Las flores del vicio» (1979) en Espagne.

Dès 1980, elle est plutôt employée dans des seconds rôles.
 Bien qu’elle retourne de temps à autre en Europe, c’est surtout dans son pays natal qu’elle poursuit désormais son parcours, à la télévision et au Septième Art.

On peut encore la voir dans, par exemple, «The Watcher in the Woods» (1980), «Star 80» (1983), «Ironweed» (1987), «Kindergarten Cop» (1990), «The Game» (1997),…

Marlène Pilaete