X

Pier ANGELI (1932 / 1971)

Pier Angeli

icone

Pier Angeli (née à Cagliari, Italie) débute à l’écran dans «Domani è troppo tardi» (1950), dont elle est la grande révélation et qui en fait une vedette.
 Après un second film italien, «Domani è un altro giorno» (1951), elle part poursuivre son parcours de star à Hollywood.

Elle figure alors à l’affiche de, entre autres, «Teresa» (1951), «The Light Touch» (1952), «The Story of Three Loves» (1953), «The Silver Chalice» (1954), «Somebody Up There Likes Me» (1956),…
 Elle est également la protagoniste de «Mam’zelle Nitouche» (1953) en France, aux côtés de Fernandel, et est l’interprète du film anglais «Port Afrique» (1956).

La presse s’intéresse aussi beaucoup à sa vie privée, principalement son idylle avec James Dean et son mariage en 1954 avec le populaire chanteur Vic Damone, dont elle divorce en 1958.

Après «Merry Andrew» (1958), le dernier film qu’elle tourne sous son contrat américain, elle travaille désormais la plupart du temps en Europe.
 Elle tient sans doute son dernier très bon rôle dans la production britannique«The Angry Silence» (1960).

Par la suite, sa carrière décline peu à peu au gré de bon nombre de films italiens ou de co-productions souvent italo-françaises ou italo-espagnoles manquant généralement d’envergure.
On a aussi la surprise de la retrouver au générique d’un film israélien, «Kol Mamzer Melech» (1968).

Les titres les plus connus de sa filmographie des années 60 sont certainement le péplum américano-italo-français «Sodom and Gomorrah» (1962) et le film de guerre «The Battle of the Bulge» (1965) mais elle n’a pas l’occasion de s’y faire particulièrement remarquer.

Elle meurt prématurément le 10 septembre 1971.
Très vite, des rumeurs de suicide aux barbituriques ont couru et subsistent encore aujourd’hui. Mais sa sœur jumelle, Marisa Pavan, est formelle : Pier Angeli n’a pas mis fin à ses jours.
 Nerveuse à la veille d’un tournage, l’actrice avait fait appel à un médecin qui lui fit une piqûre de calmant. Malheureusement, il aurait oublié de signaler que, vu la nature du produit injecté, il ne fallait pas laisser la patiente sans surveillance.
 Cette négligence s’avère fatale. Victime d’une crise cardiaque durant son sommeil, Pier Angeli disparaît à l’âge de trente-neuf ans.

Marlène Pilaete