X

Mona MARIS (1903 / 1991)

Mona Maris

icone

Mona Maris (née à Buenos Aires, Argentine) débute à l’écran en Angleterre, où elle est la vedette de «The Apache» (1925), «Mr Peabody and the Countess» (1925) et «The Little People» (1926).

Elle passe ensuite par la France afin d’y être une des protagonistes de «La bonne hôtesse» (1926) avant de continuer sa carrière de star en Allemagne, avec des films comme «Der Fürst von Pappenheim» (1927), «Die Leibeigenen» (1928) ou encore «Die drei Frauen von Urban Hell» (1928).

Les Etats-Unis constituent l’étape suivante de son parcours. Elle y incarne alors des beautés latines dans, entre autres, «Romance of the Rio Grande» (1929), «A Devil with Women» (1930), «The Arizona Kid» (1930), «Seas Beneath» (1931),…

Mais elle se crée surtout une place de choix dans l’univers des productions en langue espagnole qu’Hollywood destine au marché hispanophone.
 On peut ainsi la voir dans, notamment, «Del mismo barro» (1930), «Cuando el amor rie» (1931), «El caballero de la noche» (1932), «Una viuda romantica» (1933), «Cuesta abajo» (1934), «Tres amores» (1934), «El cantante de Napoles» (1935),…

De 1936 à 1940, elle s’arrête de tourner.
 On la retrouve au cinéma de 1941 à 1946, le plus souvent dans des seconds rôles, par exemple d’espionnes ou d’aventurières.

Par la suite, elle met un point final à sa filmographie américaine avec «The Avengers» (1950) et apparaît encore dans deux productions argentines, en 1953 et 1984.

Marlène Pilaete