X

Hella MOJA (1890 ? 1896 ? / 1951)

Hella Moja

icone

Hella Moja (née à Ciemin-Zab, Russie ou à Königsberg, Prusse, aujourd’hui Kaliningrad, Russie) débute à l’écran en Allemagne au milieu des années 10.
 Elle devient rapidement une star et, durant quelques années, possède même sa propre compagnie de production, la "Hella Moja Film GmbH".

Au cinéma, elle exerce son métier d’actrice jusqu’en 1927 et est l’interprète de, entre autres, «Das Spiel mit dem Tode» (1915), «Komtesse Hella» (1916), «Das Mädel von nebenan» (1917), «Der Fremde» (1917), «Wundersam ist das Märchen der Liebe» (1918), «Inge» (1918), «Die Augen von Jade» (1919), «Gräfin Walewska» (1920), «Die Abenteuer der schönen Dorette» (1921), «Das schöne Mädel» (1922), «Düstere Schatten, strahlendes Glück» (1924), «Die Strasse des Vergessens» (1925), «Die Warenhausprinzessin» (1926), «U 9 Weddingen» (1927),…

A la fin des années 20, elle s’oriente vers l’écriture de scénarios et, dans ce domaine, on peut citer, notamment, «Der falsche Prinz» (1927), «Drei Tage auf Leben und Tod» (1929), «Die andere Seite» (1931), «Die vier Musketiere» (1934),…

Malheureusement, vu ses origines russes, Hella Moja rencontre bientôt des problèmes avec le régime nazi, qui se pose des questions sur son aryanité.
 A partir de 1936, son nom disparaît des génériques des films allemands.

Dès 1942, on la retrouve souffleuse dans un théâtre de Kiel et c’est dans cette ville qu’elle met fin à ses jours en 1951.

Marlène Pilaete