X

Estella BLAIN (1930 / 1982)

Estella Blain

icone

Estella Blain (née à Paris, France) débute à l’écran, en rôle féminin principal, dans «Les fruits sauvages» (1953) mais sa carrière de vedette décolle véritablement dès la seconde moitié des années 50.
 Elle est alors l’interprète de, entre autres, «Les collégiennes» (1956), «La bonne tisane» (1957), «Le fauve est lâché» (1958), «Les dragueurs» (1959), «Colère froide» (1960), «La corde au cou» (1965), «Vivre la nuit» (1967),…

Elle tourne en outre «I pirati della costa» (1960) et «Tototruffa» (1962) en Italie et figure au générique de la co-production austro-allemande «Im weissen Rössl» (1960) et de la co-production franco-espagnole «Les têtes brûlées/Cabezas quemadas» (1967).

Pour les amateurs de films d’horreur de série B, on peut aussi mentionner son rôle de séduisante meurtrière dans «Miss Muerte» (1966) du réalisateur-culte espagnol Jesus Franco.

Dès la fin des années 60, le vent tourne pour l’actrice et les années 70 ne lui sont pas bénéfiques.
 Elle joue notamment de malchance avec «Le franc-tireur», réalisé en 1972 mais qui, suite à de sérieuses difficultés financières de la production, ne connaît, semble-t-il, que quelques projections dans une seule salle parisienne. Par la suite, ce film reste invisible durant de nombreuses années, en raison de la vision particulière qu’il offre de la Résistance française. Finalement, «Le franc-tireur» ne sortira officiellement qu’en janvier 2002, quelques mois après la mort de sa tête d’affiche masculine, Philippe Léotard.

Un second rôle dans «Le mouton enragé» (1973) clôt la filmographie d’Estella Blain. Seules quelques rares prestations à la télévision émaillent alors son parcours professionnel.

En 1982, dans une période de dépression, elle se suicide.

Marlène Pilaete