X

Angelica DOMRÖSE (1941)

Angelica Domröse

icone

Après avoir travaillé comme sténo-dactylo, Angelica Domröse (née à Berlin, Allemagne) est choisie parmi de nombreuses autres candidates pour tenir un des rôles principaux du film «Verwirrung der Liebe» (1959).

Durant une vingtaine d’années, elle figure parmi les stars les plus populaires du cinéma est-allemand et est l’interprète de, entre autres, «Die Liebe und der Co-pilot» (1961), «Wenn duzu mir hälst» (1962), «An französicher Kaminen» (1962), «Sonntagsfahrer» (1963), «Chronik eines Mordes» (1965), «Ein Lord am Alexanderplatz» (1967), «Die Legend von Paul und Paula» (1973), qui remporte un immense succès commercial, «Fleur Lafontaine» (1978), «Bis dass der Tod auch scheidet» (1979),…
 Elle figure en outre parmi les protagonistes de la production tchèque «Ja, spravedlnost» (1967).

Angelica Domröse est aussi une actrice de théâtre réputée et on se rappelle de ses engagements au "Berliner Ensemble" et au "Berliner Volksbühne". Elle joue Brecht, Ibsen ou encore G.B. Shaw avec le même talent.

Elle est également très présente à la télévision avec, par exemple, «Papas neue Freundin» (1960), «Wege übers Land» (1968), «Krapp und Krauss» (1969), «Effi Briest» (1970), «Daniel Druskat» (1976),…

En 1976, elle proteste contre l’expulsion de l’artiste dissident Wolf Biermann, ce qui déplaît aux autorités. Elle finit par s’installer en Allemagne de l’Ouest en 1980.

Elle poursuit alors sa carrière, toujours aussi remplie.
 C’est sans doute sur scène qu’elle est la plus active et elle apparaît dans, notamment, «La veillée» de Lars Norens, «Master Class» de Terrence McNally, «Filumena Marturano» d’Eduardo de Filippo,…

Le petit écran continue de l’employer et, pour le Septième Art, elle tourne encore «Randale» (1983), «Die Skorpionfrau» (1989), «Die Verfehlung» (1992) et «Tal der Ahnungslosen» (2003).

Marlène Pilaete