X

Eva-Maria HAGEN (1934)

Eva-Maria Hagen

icone

Après avoir exercé son métier d’actrice au théâtre, Eva-Maria Hagen (née à Koltschen, Allemagne, aujourd’hui Kolczyn, Pologne) débute à l’écran en 1957 et devient très vite une des vedettes du cinéma est-allemand.

Elle est l’interprète de, entre autres, «Vergesst mir meine Traudel nicht» (1957), «Nur eine Frau» (1958), «Ware für Katalonien» (1959), «For Eyes Only» (1963), «Ohne Pass in fremden Betten» (1965), «Reise ins Ehebett» (1966), «Die Fahne von Kriwoj Rog» (1967), «Heroin» (1968), «Zum bespiel Josef» (1974), «Nelken in Aspik» (1976),…
 Elle est également très présente sur scène et à la télévision.

En 1965, elle rencontre Wolf Biermann, un chanteur et compositeur mal vu par le régime communiste, avec qui elle connaît une histoire d’amour durant plusieurs années.
Désormais, les relations entre la comédienne et les autorités ne sont plus au beau fixe et la Stasi la tient à l’oeil.

En 1976, Biermann est expulsé et Eva-Maria Hagen fait bien sûr partie des personnalités qui protestent contre cette injustice.
 En 1977, elle est déchue de sa nationalité et part s’installer en Allemagne de l’Ouest.

En artiste complète, elle poursuit alors sa carrière dans divers domaines : chanson, peinture, écriture, théâtre, petit écran et cinéma.

Pour terminer, mentionnons qu’elle est la mère de Nina Hagen, qui devient une star du rock à la fin des années 70.

Marlène Pilaete