X

Nicole BERGER (1934 / 1967)

Nicole Berger

icone

Nicole Berger (née à Paris, France) débute à l’écran dans «Jocelyn» (1951).
 Pour l’unique fois de sa carrière, elle y apparaît au générique sous le pseudonyme de Nicky.

Elle devient une vedette en 1953 et est l’interprète de, entre autres, «Le blé en herbe» (1953), «Le printemps, l’automne et l’amour» (1955), «Les indiscrètes» (1955), «Les aventures de Till l’espiègle» (1956), «Les dragueurs» (1959), «Chair de poule» (1963)…

Quelques réalisateurs de la Nouvelle-Vague font également appel à elle et on peut ainsi la voir dans «Tirez sur le pianiste» (1960) de François Truffaut, «La dénonciation» (1961) de Jacques Doniol-Volcroze ou encore les courts-métrages «Tous les garçons s’appellent Patrick» (1957) de Jean-Luc Godard et «Véronique et son cancre» (1958) d’Eric Rohmer.

A son actif, on peut encore mentionner, par exemple, le rôle féminin principal du film allemand «Ein mädchen aus Flandern» (1955), de la co-production argentino-suédoise «Primavera de la vida/Livets var» (1958) et du film anglais «The Siege of Sidney Street» (1960).

Après 1963, elle n’apparaît plus au cinéma que dans «La permission» (1967), le premier long-métrage, tourné en France, du réalisateur Melvin Van Pebbles.
 Durant son parcours professionnel, l’actrice touche aussi au théâtre et à la télévision.

Elle meurt dans un accident de voiture en 1967.

Marlène Pilaete