X

Maria CASARES (1922 / 1996)

Maria Casares

icone

Réfugiée en France depuis 1936 suite au déclenchement de la guerre civile espagnole, Maria Casares (née à La Corogne, Espagne) débute à l’écran en incarnant Nathalie dans «Les enfants du Paradis» (1943), qui lance sa carrière de vedette de cinéma.

Elle tourne régulièrement durant quelques années et est alors l’interprète de «Les dames du bois de Boulogne» (1944), «Roger la honte» (1945), «La revanche de Roger la honte» (1946), «L’amour autour de la maison» (1946), «La septième porte» (1946), «La chartreuse de Parme» (1947), «Bagarres» (1948), «L’homme qui revient de loin» (1949) et «Orphée» (1949) dans lequel, sous la direction de Jean Cocteau, elle tient de manière mémorable le rôle de la Mort.

Après «Ombre et lumière» (1950), elle travaille beaucoup moins pour le Septième Art.
 On peut cependant encore citer des titres comme «Le testament d’Orphée» (1959), la co-production italo-française «Flavia, la monaca musulmana/Flavia la défroquée» (1973) ou encore «La lectrice» (1988).

Cependant, la grande passion professionnelle de Maria Casares est, dès 1942, le théâtre où elle joue, entre autres, Ibsen, Camus, Anouilh, Shakespeare, Sartre, Pirandello, Molière, Racine, Claudel, Corneille, Marivaux, Genet,…

Mentionnons aussi sa participation à l’aventure du T.N.P. de Jean Vilar et un Molière de la meilleure actrice reçu en 1989 pour une pièce d’Euripide, «Hécube».

Marlène Pilaete