X

Lea PADOVANI (1923 / 1991)

Lea Padovani

icone

Lea Padovani (née à Montalto di Castro, Italie) débute à l’écran dans «L’innocente Casimiro» (1945), une comédie avec en tête d’affiche le populaire Macario.
Son rôle dramatique dans «Il sole sorge ancora» (1946) en fait une vedette du cinéma italien.

Par la suite, elle est l’interprète de, entre autres, «Che tempi !» (1947), «I cavalieri dalle maschera nera» (1947), «Atto d’accusa» (1950), «La grande rinuncia» (1951), «Papa, ti ricordo» (1952), «I figli non si vendono» (1952), «Cinema d’altri tempi» (1953), «La barriera della legge» (1954), «Napoli è sempre Napoli» (1954), «Guai a vinti» (1955), «L’intrusa» (1955),…
 Elle incarne en outre Violante Ruotolo, vieille fille pieuse mais toujours séduisante, dans «Pane, amore e…» (1955) et «Pane, amore e Andalusia» (1958), aux côtés de Vittorio de Sica.

Les réalisateurs français André Cayatte et Jacques Becker la font également tourner, le premier dans «Le dossier noir» (1955) et «Œil pour œil» (1956), et le second dans «Montparnasse 19» (1957).

De sa filmographie, on peut encore extraire, notamment, le film anglais «Give Us This Day» (1949), mis en scène par Edward Dmytryk, la co-production italo-américaine «Tre passi a Nord/Three Steps North» (1951) et les co-productions anglo-italiennes «Call of the Blood/Il richiamo del sangue» (1948) et «Honeymoon Deferred/Due moglie sono troppe» (1950).
 Dès la fin des années 50, son activité cinématographique est plus réduite.

A partir du milieu des années 50, elle travaille à la télévision, qui lui permet de briller dans, par exemple, «Il romanzo di un giovane povero» en 1957, «Ottocento» en 1959 ou encore «Ragazza mia» en 1960.

On peut aussi mentionner quelques étapes de la carrière théâtrale de l’actrice, comme «Les parents terribles» de Jean Cocteau en 1946, «Tutto per bene» de Luigi Pirandello en 1953, «La chatte sur un toit brûlant» de Tennessee Williams en 1957, «Ruy Blas» de Victor Hugo en 1966…

Marlène Pilaete