X

Liselotte PULVER (1929)

Liselotte Pulver

icone

Liselotte Pulver (née à Berne, Suisse) débute à l’écran en 1949 dans son pays natal mais c’est en Allemagne que sa carrière prend son envol.

Dès le début des années 50, elle devient une star très populaire du cinéma allemand et, parmi ses films, on peut citer, entre autres, «Heidelberger Romance» (1951), «Fritz und Friederike» (1952), «Ich und Du» (1953), «Ich denke oft an Piroschka» (1955), «Das Wirtshaus im Spessart» (1957), «Das schöne Abenteuer» (1959), «Buddenbrooks» (1959), «Das Spukschloss im Spessart» (1960), «Kohliesels Töchter» (1962), «Frühstück im Doppelbett» (1963), «Hokuspokus» (1966), «Herrliche Zeiten im Spessart» (1967),…

Elle remporte aussi un grand succès dans son pays natal avec «Uli der Knecht» (1954) et «Uli der Pächter» (1955), adaptés d’œuvres du célèbre écrivain helvétique Jeremias Gotthelf.

Elle est également dirigée à plusieurs reprises par des réalisateurs français : Jacques Becker dans «Les aventures d’Arsène Lupin» (1957), Claude Autant-Lara dans «Le joueur» (1958), Jean Dréville dans «La Fayette» (1961), Henri Decoin dans «Maléfices» (1961), Jean-Paul Le Chanois dans «Monsieur» (1964) et «Le jardinier d’Argenteuil» (1966), Christian-Jaque dans «Le gentleman de Cocody» (1964) et Jacques Rivette dans «La religieuse» (1965).

Elle tourne en outre trois films américains : «A Time to Love and a Time to Die» (1958), «One, Two, Three» (1961) et «A Global Affair» (1964).

Après «Die Hochzeitsreise» (1969), elle travaille moins pour le Septième Art et on la voit davantage à la télévision et sur scène.

Marlène Pilaete