X

Simone VALERE (1921 / 2010)

Simone Valère

icone

Simone Valère (née à Paris, France) débute à l’écran en 1941.
 Durant plusieurs années, elle tourne régulièrement mais laisse la tête d’affiche à des actrices comme Edwige Feuillère, Louise Carletti, Assia Noris, Jany Holt ou encore Viviane Romance.

De 1948 à 1951, sa carrière de vedette de cinéma s’enrichit de rôles féminins principaux dans des films comme «Barry» (1948), «Deux amours» (1948), «La beauté du diable» (1949), «La nuit est mon royaume» (1951) et «Jocelyn» (1951).

Par la suite, elle continue à travailler pour le Septième Art mais, la plupart du temps, son nom recule à nouveau dans les génériques.
 De 1952 à 1988, elle apparaît encore dans une quinzaine de productions, parmi lesquelles «Les grandes manœuvres» (1955), «Le secret du chevalier d’Eon» (1959), «Germinal» (1963), «Un flic» (1972)…

C’est sans doute au théâtre, qu’elle aborde en 1942, que Simone Valère est la plus attachée.
 Dès 1946, elle fait partie de la troupe de Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud, chez qui elle restera vingt-trois ans.
 Par la suite, elle poursuit son parcours avec des pièces comme «L’amour fou» d’André Roussin, «Du vent dans les branches de Sassafras» de René de Obaldia, «La foire d’empoigne» de Jean Anouilh, et bien d’autres…

Le nom de Simone Valère demeure indissociable de celui de Jean Dessailly, qui est fréquemment son partenaire sur scène et sur les plateaux de tournage et avec qui elle dirige, notamment, le Théâtre de la Madeleine durant de longues années.
 En 1998, ils se marient, officialisant ainsi une histoire d’amour de près de cinquante ans.

Seule la mort de l’acteur en 2008 arrive à les séparer.

Marlène Pilaete