X

Claude MAY (1913 / 2009)

Claude May

icone

Claude May (née à Le Raincy, France) débute à l’écran en 1932.
 Elle gravit progressivement les marches de la célébrité et est à l’apogée de sa carrière de vedette dans la seconde moitié des années 30.

On la retrouve notamment aux côtés de Réda-Caire dans «Prince de mon cœur» (1938) et du duo Pills et Tabet dans «Prends la route» (1936) et «Toi c’est moi» (1936).
 Elle est aussi la partenaire de célèbres acteurs méridionaux comme Fernandel dans «Ignace» (1937) et «Barnabé» (1938), Rellys dans «Narcisse» (1939) et Alibert dans «Le roi des galéjeurs» (1940).

Parmi ses autres films, on peut citer, par exemple, «La guerre des gosses» (1936), première adaptation cinématographique du roman de Louis Pergaud, «La guerre des boutons», ou encore «Le tigre du Bengale» (1937), version française du film allemand «Der tiger von Eschnapur».

Elle ne tourne pas durant l’Occupation et il faut attendre «Master Love» (1945) pour qu’elle retrouve le chemin des plateaux.
 Après une nouvelle absence de plusieurs années, elle termine son parcours au Septième Art en apparaissant dans cinq productions de 1950 à 1955.

De cette période, c’est sans doute «Son dernier Noël» (1952) et «Le témoin de minuit» (1952) qui lui offrent ses rôles les plus importants, le premier en mère d’une enfant gravement malade et le second en épouse infidèle et cupide.

Marlène Pilaete