X

Claude NOLLIER (1919 / 2009)

Prénom_Nom

icone

Claude Nollier (née à Paris, France) débute à l’écran en 1943.
Elle est au sommet de sa carrière de vedette de cinéma durant la première moitié des années 50.

On la remarque particulièrement en jeune femme accusée d’euthanasie dans «Justice est faite» (1950) d’André Cayatte.
 Elle est aussi l’interprète de «Pigalle-Saint-Germain-des-Prés» (1950), «Les mains sales» (1951), «Le fruit défendu» (1952) et «Le printemps, l’automne et l’amour» (1954).
 Elle fait également partie de l’impressionnant générique de «Si Versailles m’était conté» (1953) et «Si Paris nous était conté» (1955), réalisés par Sacha Guitry.

Au point de vue international, l’actrice incarne la comtesse de Toulouse-Lautrec dans le fastueux «Moulin-Rouge» (1952) de John Huston, part en Italie pour être une des protagonistes de «Il mondo la condanna» (1953) et se déguise en homme dans le but de faire évader son mari dans le film autrichien «Fidelio» (1955), d’après l’opéra de Beethoven.

A partir de 1956, elle n’apparaît plus que dans quelques productions. On la voit en outre travailler de temps à autre pour la télévision.

Terminons en évoquant le théâtre, qui occupe une place primordiale dans le parcours professionnel de Claude Nollier.

On peut notamment citer «Jeanne au bûcher» de Paul Claudel et Arthur Honegger, qui demeure sans doute son rôle le plus célèbre.

Marlène Pilaete