X

Yolanda VARELA (1930 / 2009)

Yolanda Varela

icone

Yolanda Varela (née à Mexico, Mexique) débute à l’écran en 1946.
 Elle trouve véritablement sa place parmi les stars du cinéma mexicain grâce à «Dos tipos de cuidado» (1953), dans lequel elle côtoie deux idoles masculines de l’époque, Jorge Negrete et Pedro Infante.

Par la suite, elle est l’interprète de, entre autres, «Mujer o fiera» (1954), «Lo que paso a Sanson» (1955), «Los amantes» (1956), «Locos peligrosos» (1957), «Los hijos del divorcio» (1958), «Escuela de rateros» (1958), «Isla para dos» (1959), «Amor en la sombra» (1960),…

En 1960, elle épouse le producteur Fernando de Fuentes Reyes, à qui elle donnera quatre enfants. Désormais, elle se consacre principalement à la vie de famille.

On la revoit encore au Septième Art dans la co-production hispano-mexicaine «El nino y el muro» (1965) et dans «Departamento de soltero» (1971).
 Son parcours cinématographique s’achève avec une brève apparition dans «Diana, René y El Tibiri» (1988).

Le titre le plus curieux de sa filmographie est sans doute «Face of the Screaming Werewolf» (1964), monté à partir de scènes extraites de deux films mexicains, «La momia azteca» (1957) et «La casa del terror» (1960), auxquelles ont été ajoutés quelques plans tournés aux Etats-Unis afin d’essayer de donner une certaine cohérence à l’ensemble.
 Le résultat, fruit de l’imagination de Jerry Warren, producteur américain de séries Z, nous présente une histoire assez gratinée de momie et de loup-garou et semble avoir quelques fans parmi les amateurs de navets improbables.

Yolanda Varela, qui avait été la vedette féminine de «La casa del terror», se retrouve donc involontairement à l’affiche de cette bizarrerie hybride et se voit rebaptisée «Landa Varle» au générique.

Marlène Pilaete