X

Neva GERBER (1894 / 1974)

Neva Gerber

icone

Neva Gerber (née à Chicago, Etats-Unis) débute à l’écran en 1912 et se fait graduellement connaître.
 En 1915 et 1916, elle est une des vedettes de la compagnie «American Film», où elle joue souvent dans des comédies et où est l’interprète de, entre autres, «Naughty Henrietta» (1915), «Little Chrysanthemum» (1915), «The Mollycoddle» (1915), «His College Wife» (1915), «Betty’s First Sponge Cake» (1915), «Mammy’s Rose» (1916), «Ella Wanted to Elope» (1916),…
 Un de ses partenaires de cette époque n’est autre que le futur réalisateur Frank Borzage.

L’actrice poursuit ensuite sa carrière d’étoile pour le compte d’autres firmes.
 Elle figure alors à l’affiche de, notamment, «Honor Thy Country» (1916), «The Impersonation» (1916), «Like Wildfire» (1917), «Hell Bent» (1918), « A Fight for Love» (1919), «Dangerous Paths» (1921), «The Price of Youth» (1922), «Sagebrush Gospel» (1924), «A Daughter of the Sioux» (1925), «The Baited Trap» (1926), «The Range Riders» (1927), «The Phantom Pinto» (1928), «The Saddle King» (1929),…

Elle est également une héroïne de serials réputée grâce à «The Voice on the Wire» (1917), «The Mystery Ship» (1917), «The Trail of the Octopus» (1919), «The Screaming Shadow» (1920), «The Branded Four» (1920), «The Mysterious Pearl» (1921), «The Santa FeTrail» (1923), «Days of ‘49» (1924), «The Mystery Box» (1925), «The Power God» (1925) et «Officer 444» (1926).

Sa filmographie s’achève avec «The Voice from the Sky» (1930), le premier serial 100 % parlant de l’histoire du cinéma, qui, à l’époque, ne bénéficie pas d’une sortie à grande échelle. Elle y joue sous le nom de Jean Dolores, un pseudonyme qu’elle avait déjà employé pour un de ses films de 1928.

Avec la mort en 1930 de Ben Wilson, qui avait souvent joué à ses côtés et l’avait dirigée à maintes reprises, le parcours cinématographique de Neva Gerber se termine.

Marlène Pilaete